jeudi 8 janvier 2015

3 minutes de silence...

En ce 11 janvier 1996, j'étais en cours d'italien. Toute la classe s'est levée pour faire une minute de silence en l'honneur de notre président mort quelques jours plus tôt. C'était il y a 19 ans presque jour pour jour et je m'en souviens comme si c'était hier...

En 2006, je vivais dans une petite ville du Yorkshire en Angleterre. Avec Ana, ma coloc espagnole, nous avions décidé d'aller visiter Fountain Abbey. Avant d'aller sur le site, il fallait passer par le gift shop, des fois qu'on aurait eu envie d'acheter des souvenirs avant de visite l'abbaye... il y avait plein de monde et la radio était branchée (sûrement la BBC, mais peut-être la radio locale). Avec Ana, on regardait les divers rayons, on était de bonne humeur on rigolait, on parlait fort, peut-être un peu trop parce qu'à un moment il y a eu un grand silence dans ce magasin. Tout le monde regardait par terre, personne ne bougeait, même à la radio il n'y avait plus un son. Je l'ai fait remarquer à Ana, et là on a percuté ! Nous étions le 11 novembre, il était 11h du matin...

Aujourd'hui, le RER qui m'emmenait à la Gare de Lyon arrivait à la défense lorsque que le conducteur nous a averti que tous les trains, métros et RER de l'Ile-de-France allaient s'arrêter pour observer une minute de silence en mémoire des personnes qui on été tuées lors de l’attentat à Charlie Hebdo hier. A 11h57, le RER était sur le quai de la Défense, une voix féminine cette fois a énoncé un message similaire dans la gare. Le moteur du train s'est coupé, et là une ambiance lourde s'est installée. Il y avait peu de gens dans le RER, mais personne n'osait se croiser du regard. Sur le quai, que des bruits de pas, pas une voix, pas un pleur d'enfant, rien. Comme les autres, je pensais à eux... Ma gorge s'est serrée très fort, les larmes sont montées puis sont redescendues le long de mes joues...  Aussi vite qu'elle était apparu, l'atmosphère pesante s'est levée et la vie a repris son cours...